Festival "Renaissances" - Bar le Duc - 6 & 7 Juillet

Reprise de contact avec mes racines. Lorrain d'origine, je rêvais de venir jouer ce spectacle sur ma terre natale, c'est fait et bien fait ! On reviendra c'est sur, et ce sera avec grand plaisir...
Bar-le-Duc, la Lorraine, ses histoires, sa mémoire...Un beau tilleul nous accueillait pour le spectacle Secteur Postal 212 et la démonstration d'Antoine Gaillot sur la mémoire et le souvenirs des arbres. Souvenirs de la Voie Sacrée, du Parc de l'hotel de ville, de l'érable qui jalouse le platane et des frênes skizophrènes. Souvenir d'une vie, celle d'André Chaussade, champion de vélo puis engagé dans la première guerre mondiale, son parcours s'arètera au Chemin des Dames, pas très loin de Bar le Duc...

C'était un très bon festival, une bonne programmation, plein de belles rencontres, un public attentif et passionné. Parmi les rencontres, il y avait, pour ne citer qu'eux, nos copains du parc : la compagnie Saïda Kao et leur beau spectacle jeune public, merci à vous deux, Edwige et Rémi pour votre présence, pour votre accueil sous votre petit chapiteau et pour toutes les discussions qu'on a eu ensemble, le collectif Métalu À Chahuter et leur univers sonore complètement génial, le restaurant Terre de Sorcières, leurs plats et leurs chants envoutants. Et puis nous avons revu avec grand plaisir Vladimir Spoutnik, le célèbre Dj internationnal des scènes de rue. Comme d'habitude, il y a toujours trop de spectacles et d'artistes que nous n'avons pu voir, à part un petit bonjour au catering...
Un grand merci également à Hocine Chabira, directeur artistique du festival, qui en plus d'avoir une programmation riche et foisonnante, prend le temps de s'encquérir des besoins de chaque compagnie, d'écouter, de venir voir les spectacles et de faire des retours constructifs. Une autre belle rencontre.

Comme nous n'étions pas loin de Verdun, nous avons emprunter la Voie Sacrée pour nous y rendre. Visite du fort de Douaumont, de l'Ossuaire et de plusieurs villages détruits. Quelle terrible mémoire ! Les lieux en sont encore chargés 100 ans après. Plus aucun arbre ne peut en témoigner, ils ont tous été broyé, arraché, par la guerre et ses horreurs. En 1927, une vague de plantation financée par l'Allemagne transforme l'ancien champd de bataille en une grande forêt classée zone rouge. Comment poser ses racines sur une terre gorgée de sang ? Les arbres résistent à tout

 

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.